Pour pouvoir évoluer dans un environnement concurrentiels de nombreuses entreprises doivent sourire des emprunts bancaires. Mais alors comment doit-on gérer ces éléments comptablement ?

Qu’est-ce qu’un emprunt bancaire ?

Pour bien comprendre la comptabilisation d’un emprunt bancaire il est important de rappeler ce que c’est exactement.

Un emprunt bancaire est le fait de demander un déblocage de fonds auprès d’un organisme. Cet organisme vous met une somme à disposition pendant une durée déterminée. En contrepartie de cette somme vous vous engagez à verser :

  • des frais de dossier à la conclusion du contrat
  • des intérêts bancaires
  • ainsi qu’à souscrire à une assurance

Il faut savoir que pour obtenir un emprunt cela peut nécessiter un certain temps. Votre organisme bancaire va avant tout s’assurer que vous êtes en capacité d’assumer les échéances de remboursements à venir. Cette capacité de remboursement va être étudiée à partir des états financiers de votre entité (bilan et compte de résultat). Les banques sont en grande partie frileux de votre excédent brut d’exploitation (EBE). L’EBE correspond à votre résultat sans prise en compte des amortissements et provisions, c’est-à-dire les charges non décaissables.

Si vos indicateurs financiers actuels ne suffisent pas à rassurer votre organisme de crédit. Il peut être opportun de réaliser un prévisionnel de vos finances. Ce prévisionnel va tenir compte des évolutions prévues suite à vos investissements financés. Pour vous accompagner dans vos démarches vous pouvez vous rendre sur le site spécialisé gérer son entreprise ou suivre une formation DCG ou DSCG.

Deux types d’emprunts

Comptablement il est important de dissocier les emprunts à court terme des emprunts à long terme.
D’autre part au niveau du bilan les emprunts à long terme vont vous permettre d’accroître votre fond de roulement. Le fond de roulement d’une entreprise correspond aux ressources disponibles sur du long terme. Le fond de roulement est calculé par différence entre l’actif immobilisé et les capitaux propres ajoutés des dettes à moyen et long terme.

Au contraire l’emprunt à court terme lui va couvrir le besoin en fond de roulement c’est-à-dire un besoin de trésorerie à court terme. Ce besoin en fond de roulement (BFR) doit être estimé et anticipé. En effet, en cas de manque de trésorerie vous n’aurez d’autres choix que de recourir à un emprunt à court terme souvent couteux.

Les emprunts à moyen et long terme

Ces emprunts comme nous l’avons vu vont nécessiter la comptabilisation du déblocage des fonds, de frais bancaires, d’assurances et d’intérêts bancaires.

Les frais de dossier, intérêts et d’assurance

La comptabilisation est identique que ce soit pour un court ou long terme.

Les frais dossier se comptabilisent de la manière suivante :

  • débit : compte 627 « frais bancaires »
  • crédit : compte 512 « Banque »Quant à l’assurance l’enregistrement est le suivant :
  • débit : compte 6168 « Assurances »
  • crédit : compte 512 « Banque »

Les modalités de règlement des intérêts bancaires diffèrent selon le mode de remboursement choisit. Un emprunt bancaire peut prévoir un remboursement par annuités constantes. Dans ce cas le montant réglé chaque année sera identique. Ce qui veut dire que la part du capital remboursé va progresser au fil du temps tandis que la part des intérêts eux vont diminuer. L’emprunt souscrit peut aussi prévoir des amortissements constants ce qui veut dire que seul le montant du capital remboursé va rester identique d’une année sur l’autre. Enfin, vous pouvez opter pour un remboursement in fine. Dans ce cas vous remboursez uniquement les intérêts. Le capital sera quant à lui remboursement que lors de la dernière échéance.

Le paiement de ces frais vont engendrer la comptabilisation suivante :

  • au debit : 6612 « intérêt bancaire »
  • au crédit : 512 « Banque »

Le déblocage des fonds

Le déblocage des fonds peut intervenir en une ou plusieurs fois. Contrairement aux dépenses vus précédemment, il s’agit ici d’une entrée d’argent sur votre compte. Nous aurons donc au :

  • débit : le compte 512 « Banque »
  • crédit : le compte 164 « Emprunt à moyen et long terme »

Remboursement du capital

Le remboursement du capital correspond à une sortie d’argent. L’emprunteur rembourse les sommes misent à sa disposition. Ils n’y a donc pas de charges à comptabiliser. Ce qui donne au :

  • débit : compte 164 « emprunt à moyen et long terme »
  • crédit : compte 512 « Banque »

Emprunt à court terme

Comme nous l’avons évoqué précédemment l’emprunt à court terme subit une comptabilisation différente de l’emprunt à moyen et long terme.

Les frais bancaires, d’intérêts et d’assurances subissent toutefois la même comptabilisation.

Mais pour ce qui est du déblocage des fonds les écritures suivantes sont à enregistrer :

  • Débit du 512 « banque »
  • Crédit du 519 « avance de trésorerie »

Et au moment du remboursement du capital on constate :

  • Débit du 519 « avance de trésorerie »
  • Crédit du 512 « banque »